La Varénicline (Champix ®) donnée pour sevrage tabagique chez les toxicomanes

Publié le 11 juin 2013


Nahvi S et coll, Drug and Alcohol Dependence, 2013

Une étude américaine rétrospective a été conduite entre 2006 et 2009 chez 690 sujets dépendants aux opioïdes substitués par méthadone et présentant des comorbidités psychiatriques. Parmi eux, 83,3% (n=575) sont des fumeurs. 12,2% (n=70) sont traités par la varénicline (Champix ®) : ce sont majoritairement des hommes (54%), âgés de 50 ans en moyenne, avec une prévalence élevée de comorbidités somatiques et psychiatriques (hypertension 51%, hyperlipidémie 23%, diabète 20%, dépression 53%, anxiété 30%, troubles psychotiques 10% et troubles bipolaires 8,6%). Les effets indésirables de la varénicline (Champix ®) restent modestes avec 2 aggravations de symptômes dépressifs et 3 nouveaux symptômes psychologiques avec majoration des hallucinations auditives. Cependant, aucune idée suicidaire ni même d’effets indésirables cardiovasculaires n’ont été décrits dans cette étude. Par ailleurs, seulement 6 sujets (sur 70) ont arrêté de fumer à la suite du traitement avec cette molécule et une association significative est mise en évidence entre l’arrêt du tabac est la durée de traitement (p<0,01) avec une durée minimale de 12 semaines en faveur d’une plus grande efficacité . Les effets indésirables de la varénicline (Champix ®) restent très peu documentés chez les patients dépendants aux opiacés substitués et les auteurs insistent sur la nécessité de réaliser des études complémentaires sur bénéfice – risque de cette molécule dans le sevrage tabagique des patients usagers de drogues. Jessica DELORME


PARTAGER CETTE PAGE