La codéine en prescription médicale obligatoire : une décision imparfaite mais responsable

Publié le 15 septembre 2017


Depuis 2013, différentes actions ont été réalisées pour limiter le mésusage de médicaments par les adolescents et jeunes adultes : le retrait du dextrométhorphane en janvier 2013 de la liste des médicaments en accès direct ; des mesures de communication mises en œuvre depuis 2014 ; concernant la codéine, et en particulier quand elle est associée à d’autres produits dans les mélanges appelés Purple Drank ou Lean, des actions similaires ont été réalisées en mars 2016 pour alerter les professionnels concernés et notamment ceux en contact avec les jeunes (pharmaciens, médecins généralistes, urgentistes, addictologues, pédiatres, service de santé de la médecine scolaire, planning familial, services de Protection Maternelle Infantile (PMI) et organismes de prévention de drogues pour jeunes). Cette mesure a été prise dans le contexte d’une augmentation des signaux d’addictovigilance depuis 5 ans concernant le mésusage de cette substance chez les adolescents et jeunes adultes avec un nombre croissant de cas d’intoxications et plus récemment deux cas de décès (1)…

Lire la suite...

Bilan de la consommation des benzodiazépines en France

Publié le 11 septembre 2017


Les 20 benzodiazépines ou apparentées commercialisées en France, se partagent en trois classes pharmaco-thérapeutiques : les antiépileptiques, les anxiolytiques et les hypnotiques et sédatifs.

La France se situe au 2ème rang de la consommation globale de benzodiazépines en Europe, derrière l’Espagne ; les états les moins consommateurs étant l’Allemagne et le Royaume-Uni. Entre 2012 et 2015, la consommation de benzodiazépines en Europe a diminué de 5,1 %, tandis qu’elle a baissé de 10 % en France…

Lire la suite...

Risques liés à l’usage des benzodiazépines

Publié le 04 septembre 2017


Concernant les risques liés à l’usage des benzodiazépines, les données de la Base nationale de pharmacovigilance enregistrées de 1985 au 31 décembre 2015 rapportent un profil de sécurité déjà bien connu. Ainsi les effets indésirables graves les plus fréquemment rapportés sont :

  • Les affections du système nerveux: des cas de somnolence, de coma, de convulsions et d’amnésie.
  • Les affections psychiatriques: majoritairement des états confusionnels et plus rarement des hallucinations et des cas d’agitation…
  • Lire la suite...

Baclofène : avec modération … des propos

Publié le 26 juillet 2017


Il semble important d’apporter un peu de contradiction sur le débat actuel concernant la révision récente de la RTU du baclofène par l’ANSM demandant notamment de ne pas dépasser la dose quotidienne de 80 mg. L’étude menée par des équipes spécialisées en pharmacoépidémiologie de la CNAM et l’ANSM sur la sécurité d’emploi du baclofène dont le rapport a été rendu public en juin 2017 montre un profil de sécurité préoccupant, particulièrement aux fortes doses, avec une augmentation des hospitalisations et surtout des décès par comparaison aux autres traitements addictolytiques de l’alcool (1)…

Lire la suite...

N-ethylhexedrone : une nouvelle cathinone

Publié le 21 mars 2017


Synthétisée pour la première fois en 2011, la N-éthylhexedrone appelée aussi Hex-En, Hexen et éthyl hexedrone, est devenue disponible sur le marché des drogues à la fin de l’année 2015 et a depuis explosé en popularité. Cette molécule est un psychostimulant de la famille des cathinones, dont le nom chimique est 2-(ethylamino)-1-phenylhexan-1-one…

Lire la suite...

Peut-on réduire les risques liés à la consommation de cannabis ?

Publié le 17 mars 2017


Malgré les lois prohibitives sur la possession et la consommation de cannabis mises en place dans les années soixante, la consommation de cannabis a augmenté dans la plupart des régions du monde, suggérant que les lois n’ont que peu ou pas d’effet sur la consommation et l’abus de cannabis. Un certain nombre de pays commencent à libéraliser la législation sur le cannabis, soit en légalisant la vente de cannabis pour un usage récréatif soit en réduisant ou en abrogeant les sanctions pour la possession ou l’usage de cannabis…

Lire la suite...

Résultats de l’enquête OPPIDUM 2015 (Observation des Produits Psychotropes Illicites ou Détournés de leur Utilisation Médicamenteuse)

Publié le 23 décembre 2016


Depuis 1995, l’enquête OPPIDUM permet chaque année de recueillir, grâce à un réseau de structures spécialisées dans la prise en charge des addictions (CSAPA ambulatoires, unités de consultation, unités de soins en milieu carcéral et CAARUD), des informations sur les modalités de consommation des substances psychoactives prises la semaine précédant l’enquête par les patients présentant un abus, une dépendance, ou traités par médicament de substitution aux opioïdes (MSO).

Lire la suite...

Hospitalisations aux urgences liées a des complications de l’usage de drogues en Europe : héroïne pour les drogues illicites et clonazépam pour les médicaments en tête d’affiche.

Publié le 16 décembre 2016


Dans un nouveau rapport publié en août 2016, l’observatoire européen des drogues et toxicomanies (EMCDDA) présente ses conclusions sur les hospitalisations dans les services d’urgences liées à la consommation de drogues en Europe. Ce rapport analyse les données de l’European Drug Emergencies Network (Euro-DEN). Ces données ont été collectées dans 16 centres hospitaliers sentinelles de 10 pays européens (Suisse, Espagne, France, Royaume Uni, Irlande, Danemark, Norvège, Estonie, Pologne et Allemagne) sur une période de 2 ans, entre octobre 2013 et septembre 2015.

Lire la suite...

Résultats de l’enquête OPEMA 2015 (Observation des Pharmacodépendance En Médecine Ambulatoire)

Publié le 09 décembre 2016


Depuis 2008, l’enquête OPEMA permet chaque année de faire le point sur les usagers de substances psychoactives (SPA) pris en charge en médecine ambulatoire. L’objectif de cette enquête est d’améliorer les connaissances et le suivi de ces usagers, en particulier leurs caractéristiques sociodémographiques, leur état de santé et leurs consommations actuelles de SPA. Pour cela, les médecins généralistes participant incluent tout patient vu en consultation pour un motif lié à un abus ou une dépendance, durant la période de l’enquête, et/ou présentant des signes d’abus ou de dépendance à un produit illicite, à un médicament psychotrope ou traité par médicament de substitution aux opiacés (MSO).

Lire la suite...

Résultats de l’enquête DRAMES 2014 (Décès en Relation avec l’Abus de Médicaments Et de Substances)

Publié le 2 décembre 2016


L’enquête DRAMES (Décès en Relation avec l’Abus de Médicaments ET de Substances), permet chaque année d’obtenir une photographie qualitative et quantitative des molécules impliquées dans les décès en relation avec l’abus de médicaments et de substances et d’avoir une estimation du nombre de décès imputables aux médicaments et drogues. Les informations ont été recueillies par 38 toxicologues. Les décès retenus sont ceux liés aux psychoses dues à la drogue, la dépendance, l’abus chez une personne non dépendante, les intoxications accidentelles s’il existe des antécédents d’abus. Les décès sont classés en deux groupes : décès directs (cause toxique seule, cause toxique avec pathologie liée à la substance, cause toxique avec pathologie non liée à la substance) et décès indirects.

Lire la suite...