Profils de consommation des sujets suivis en CAARUD et CSAPA

Publié le 30 avril 2013


(Moracchini et al., Thérapie 2012, 67 (5) :437-445)

Cette étude comparative s’est basée sur les données de l’enquête nationale OPPIDUM de l’année 2010. Ce programme se déroule auprès des centres de soins spécialisés dans la prise en charge des addictions sur une période de 4 semaines où les enquêteurs recueillent des informations d’un maximum de sujets pharmacodépendants. A partir de ce programme, seul deux types de centres ont été sélectionnés : les CAARUD (Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogue) et les CSAPA (Centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie). L’objectif étant de comparer les données récoltées sur ces centres de manière à évaluer le profil et les consommations des sujets pharmacodépendants. Au total, 156 sujets ont été inclus en CAARUD dans 7 centres d’enquête différents contre 3549 sujets inclus en CSAPA dans 80 centres.

D’un point de vue sociodémographique, les sujets inclus en CAARUD sont significativement plus précaires que ceux recrutés en CSAPA (p<0.001) avec moins de logement stable, moins d’activité professionnelle et moins de revenus réguliers. Concernant les antécédents, l’âge moyen de la première consommation est significativement plus précoce chez les sujets inclus en CAARUD que chez les sujets inclus en CSAPA avec une fréquence plus importante de substances psychoactives (SPA) illicites en CAARUD qu’en CSAPA (91% vs 86.5% ; p=0.048). La nature des SPA consommées montre une différence significative entre les deux centres (p<0.001) avec une répartition quasi équilibrée entre médicaments et substances illicites en CAARUD contre une part plus importante de médicaments en CSAPA (70.4%). Concernant les SPA illicites, les sujets inclus en CAARUD en consomment significativement plus que les sujets inclus en CSAPA pour la majorité des substances (héroïne, cocaïne, LSD, ecstasy, crack, méthamphétamine ; p<0.001). Enfin, les médicaments les plus consommés autant en CAARUD qu’en CSAPA sont la BHD et la méthadone dans des proportions inverses (BHD=66.6% des TSO en CAARUD ; méthadone=65.6% des TSO en CSAPA). Il existe donc bien une réelle différence de population entre ces deux types de structures mettant en lumière les CAARUD comme étant des lieux d’observation privilégiés de l’abus et d’émergence de signaux. Marion GAUFFIER


PARTAGER CETTE PAGE



ACTUALITES SUR LES ADDICTIONS

  • Proposition de classement comme stupéfiant des préparations injectables de kétamine
  • Réduction du mésusage du clonazépam (Rivotril®)
  • Sulfate de morphine : données d’addictovigilance et utilisation comme traitement de substitution aux opiaces (TSO)
  • Le zolpidem (Stilnox) en partie soumis aux règles de prescription des stupéfiants

  • REVUE DE PRESSE
    SCIENTIFIQUE

  • Connaissez-vous le syndrome cannabinoïde ?
  • Intérêt des tests urinaires lors d’un traitement de substitution aux opiacés
  • Facteurs influençant l’intervention des services de protection de l’enfant chez des mères traitées par méthadone
  • 43% des femmes enceintes substituées par méthadone dépressives
  • Effet de la dépendance au cannabis sur la cognition chez les patients schizophrènes

  • NEWSLETTER
    ADDICTAUVERGNE

  • Newsletter N°4 – Juin 2013
  • Newsletter N°3 – Avril 2013
  • Newsletter N°2 – Décembre 2012
  • Newsletter N°1 – Septembre 2012

  • BULLETINS
    ADDICTOVIGILANCE

  • Bulletin N°2 – Octobre 2013
  • Bulletin N°1 – Juin 2013